Le discours rassurant des autorités de santé est régulièrement remis en cause par des ONG, mais aussi par des chercheurs. Qui a raison ?